Sperm whale and calf

ENGLISH VERSION

C’est la saison des baleines à Maurice et vous pouvez voir partout sur les réseaux sociaux de superbes photos de personnes nageant avec les gentils géants, ou au moins quelques superbes photos de filles en bikini tournoyant avec des dauphins sur un fond de sable blanc.

Ce que vous ne voyez pas forcément, c’est que le selfie n’est qu’une petite partie de l’image. Les gens qui le font, font souvent la promotion de la « conscience écologique » et aident à défendre ce qu’ils aiment en partageant leur passion. Ainsi, la plupart des ‘posts’ de personnes en plongée, en apnée, en natation ou en plongée libre avec des mammifères marins, sont effectués dans un environnement très contrôlé et réglementé afin de les protéger.

Alors avant de monter sur le prochain bateau pour un selfie avec un dauphin, qui vous rendra célèbre, assurez-vous de disposer de toutes les informations et connaissances nécessaires pour vivre cette aventure comme il se doit.

Effet du tourisme sur les mammifères marins

L’écotourisme est une industrie en plein essor, l’observation des baleines représentant à lui seul 2,1 milliards de dollars (Hoyt, 2009a; O’Connor et al., 2009), et joue un rôle majeur dans la sensibilisation croissante à l’environnement. Cela crée également une zone protectrice potentielle contre la chasse commerciale à la baleine, car ils ne se mélangent pas [57].

Mais comme pour tout ce que nous faisons, il y a le revers de la médaille et le manque de surveillance et d’application de la loi autour de ces activités, ont un impact sur le comportement de ces mammifères marins.

Ainsi, des études publiées ont montré que l’impact de l’écotourisme sur les mammifères marins comprenait une réduction des taux de reproduction, ainsi que des changements de comportement en matière d’alimentation et de repos [1].

Une étude en Nouvelle-Zélande décrivant l’impact du tourisme sur les dauphins montre également comment le comportement non éthique des exploitants / tour-opérateurs, peut affecter la population de dauphins, en la réduisant de 50% pour une année entière dans ce cas particulier. [2]

La réalité en mer

Malgré les nombreuses lois entourant la protection des mammifères marins à Maurice (ci-dessous) et dans le monde, de nombreux exploitants agissent mal et n’ont pas d’éthique [3], leur agissement ne pouvant être vu nulle part.

Mais regardons les choses telles qu’elles sont : la concurrence est féroce et nous devons tous gagner notre vie. Comme dans toute industrie en plein essor, il y aura toujours des cow-boys qui n’ont que l’objectif à court terme de faire le plus possible.

Les exploitants ici ne vendent pas une visite du musée du timbre, mais plutôt l’expérience de votre vie, et donc sous la pression de cette expérience, vous obligera à faire abstraction des réglementations mises en place pour protéger les mammifères marins.

Comprenez, le fait est que l’exploitant essaie seulement d’impressionner son client, VOUS, et de lui offrir la meilleure expérience, ce qui signifie que VOUS avez le pouvoir de dicter comment vous souhaitez que l’expérience se déroule.

Que puis-je faire?

Il est important de comprendre que vous êtes ici pour admirer les animaux et non pour vous imposer à eux. La première chose à faire est de ne pas y aller en tant que simple passager, mais en tant que membre actif de l’équipe avec tous les DO et DONT (Je dois / Je ne dois pas) de votre côté (ci-dessous).

Parlez à votre groupe et à votre voyagiste avant de monter sur le bateau et demandez spécifiquement que toutes les règles et réglementations entourant l’activité que vous allez faire soient respectées.

Ne soyez pas timide, vous n’êtes pas un otage sur ce bateau, mais un client payant. Parlez-en à votre opérateur s’il ne respecte pas les règles en vigueur (ci-dessous) et répétez ce que vous souhaitez : « respecter les animaux avant tout ».

N’hésitez pas à dire quand vous avez passé un bon moment et que vous souhaitez terminer l’excursion ou passer à autre chose. Les tour-opérateurs ont souvent le sentiment qu’ils devraient continuer l’excursion parce que vous avez payé et que vous souhaitez en avoir pour votre argent. Si vous avez eu une bonne expérience, faites-leur savoir que vous en avez eu assez et que vous êtes heureux de rentrer; la loi Mauricienne ne prévoit aucune limite de temps pour le temps passé avec un banc de dauphins ou de baleines, mais la règle générale est de 20 à 30 minutes.

Les règles principales à suivre

Vous trouverez ci-dessous les règles les plus importantes que les tour-opérateurs et les clients doivent suivre afin de minimiser les effets négatifs sur le comportement des dauphins et des baleines:

  • La zone d’approche commence à 150 mètres et la vitesse du bateau ne doit pas dépasser 5 nœuds;
  • la zone d’observation des dauphins est limitée à une distance de sécurité de 50 mètres
    • aucun véhicule motorisé ne peut franchir la zone des 50 mètres,
    • dans la zone des 50 mètres, les moteurs doivent rester au point mort pendant toute la durée de l’observation;
  • dans le cas où les dauphins pénètrent dans la zone des 50 mètres, le moteur doit être éteint et rester tel quel jusqu’à ce que les dauphins soient passés dans une zone de sécurité de 50 mètres;
  • Les bateaux doivent s’arrêter à 50 mètres de chaque côté d’un groupe de voyageurs
    • Il est interdit de s’incruster devant le groupe de dauphins,
    • Il est interdit de faire du bruit dans le but d’attirer les dauphins,
    • Il est interdit de nourrir les dauphins;
  • nager avec les dauphins:
    • L’entrée dans l’eau doit se faire de manière calme et silencieuse,
    • Seules 2 personnes et un membre d’équipage sont autorisés à plonger à la fois.

Les mêmes règles s’appliquent aux cachalots et aux baleines à bosse avec les ajouts suivants:

  • L’approche commence à 300 mètres lorsque les baleines ont un petit,
  • Il est interdit d’entrer dans l’eau avec les baleines.

Dois-je y aller ou pas?

Il y a un vrai débat actuel entre défenseurs de la nature et activistes du monde entier qui se demandent si l’observation commerciale des baleines (ou pour tous cétacés) doit être pratiquée ou non, car elle présente de nombreux aspects négatifs.

À mon avis, c’est un «OUI, cela devrait être fait» et la raison principale en est que l’observation induit la conservation et accroît la sensibilisation à l’environnement.

La vérité est que vous ne pouvez pas protéger ce que vous ne savez pas, encore moins l’aimer. En ayant des activités bien dirigées, nous encourageons potentiellement de plus en plus de personnes à protéger nos océans, y compris les locaux, car ils fournissent un moyen de revenus durables.